Matteo
Ricci

Protocole éditorial

Chacun des documents possède un identifiant unique sous la forme Ricci00000000, auteur suivi de la date d’envoi (année/mois/jour). Cet identifiant s’accompagne d’un code typologique : M pour lettre manquante, R pour lettre-relation, I pour lettre d’information, P pour lettre périphérique, F pour lettre familière, A pour lettre annuelle. Lorsque deux lettres portent la même date, elle sont individualisées par une lettre minuscule placée juste après l’identifiant.

Dans la transcription du manuscrit comme dans la traduction, les interventions d’autres mains sont signalées par une police de caractère différente du reste du texte.

Les textes des lettres et des documents publiés sur le site sont reproduits à partir des manuscrits autographes ou apographes en conservant l’orthographe et la ponctuation des scripteurs. Toutefois, dans un souci d’harmonisation et de modernisation, la transcription est soumise à une révision silencieuse.

Pour l’italien, le portugais et l’espagnol, les consonnes simples et doubles ont été rétablies conformément à l’usage moderne. Les mots abrégés sont restitués dans leur morphologie. Les formes verbales anciennes et les latinismes ont été conservés. Les consonnes nasales indiquées sur le manuscrit par un macron (à l’intérieur d’un mot) ou une apostrophe (en fin de mot) ont été rétablies. Les coquilles ont été corrigées. Les termes barrés ou raturés ont été supprimés. Les termes et expressions insérés en interligne ou en marge ont été réintégrés au texte. Il a été procédé à l’extension des abréviations (exemple ꝑ pour per/par/por). Les accents sur les substantifs (oxytons en italien ou parole tronche) et sur les voyelles finales des verbes (notamment les finales au passato remoto) ont été rétablis. La ponctuation a été modernisée et les majuscules normalisées conformément à l’usage, avec suppression de majuscules impropres, avec ajout de virgules pour les pauses courtes, points-virgules et points pour les pauses longues.

La traduction française reste, dans la mesure du possible, au plus près du texte source.

Si la source est un manuscrit, le passage d’un feuillet à un autre est indiqué avec un chiffre entre crochets droits suivi, le cas échéant, du r de recto ou du v de verso [ex. 000r].

Les traces d’une autre main apparaissent avec une autre couleur et dans un police de caractère différente.

L’adresse est reproduite à la suite de la lettre dans une police différente du reste du texte du document.

Les titres d’ouvrage sont retranscrits en italique comme le veut l’usage moderne.

Notes

Les notes critiques sur le manuscrit sont données sur la transcription. Les notes explicatives sur la transcription et la traduction. Les interventions éditoriales sont indiquées en notes (mots illisibles, raturés, ou ajoutés) et font l’objet, si besoin, d’une interprétation. Les passages occultés par des taches ou des déchirures sont restitués lorsque des conjectures sont possibles et font l’objet d’une note.